THERESE RAQUIN CHAPITRE 21

Therese Raquin chapitre 21. D’abord, le roman naturaliste d’Emile Zola, Thérèse Raquin, paraît en 1867. La critique se déchaîne contre le jeune écrivain mais l’oeuvre remporte un franc succès. Ainsi, elle relate la relation tumultueuse de Thérèse, un tempérament nerveux et de Laurent, dont le tempérament est colérique. Puis, les deux amants sont gênés par la présence de Camille, le mari de Thérèse. Alors, un dimanche, Laurent le noie lors d’une partie de campagne. Mais ce meurtre rend impossible la passion entre les deux meurtriers. Pourtant, deux ans après le crime, poussés par leurs amis et par Mme Raquin, ils finissent par se marier. Effectivement, le chapitre 21 intervient la nuit de noces.

Therese Raquin chapitre 21, on voit la couverture du livre de Zola où est représenté ce chapitre.
Continuer la lecture de « THERESE RAQUIN CHAPITRE 21 »

L’OEUVRE DE ZOLA INCIPIT (chapitre 1)

Le Naturalisme, dont Emile Zola est le chef de file, repose sur des descriptions détaillées dignes des tableaux impressionnistes. Ainsi, l’incipit de L’Oeuvre de Zola (chapitre 1) débute par une rencontre inattendue entre un peintre, Claude Lantier, et une jeune femme apeurée, Christine. Comment dès lors la rencontre se transforme-t-elle en un tableau animé?

On voit l'oeuvre de Zola, incipit en tableau impressionniste.

Texte de L’Oeuvre de Zola incipit (chapitre 1):

Claude passait devant l’Hôtel-de-Ville, et deux heures du matin sonnaient à l’horloge, quand l’orage éclata. Il s’était oublié à rôder dans les Halles, par cette nuit brûlante de juillet, en artiste flâneur, amoureux du Paris nocturne. Brusquement, les gouttes tombèrent si larges, si drues, qu’il prit sa course, galopa dégingandé, éperdu, le long du quai de la Grève. Mais, au pont Louis-Philippe, une colère de son essoufflement l’arrêta : il trouvait imbécile cette peur de l’eau ; et, dans les ténèbres épaisses, sous le cinglement de l’averse qui noyait les becs de gaz, il traversa lentement le pont, les mains ballantes.

Du reste, Claude n’avait plus que quelques pas à faire. Comme il tournait sur le quai de Bourbon, dans l’île Saint-Louis, un vif éclair illumina la ligne droite et plate des vieux hôtels rangés devant la Seine, au bord de l’étroite chaussée. La réverbération alluma les vitres des hautes fenêtres sans persiennes, on vit le grand air triste des antiques façades, avec des détails très nets, un balcon de pierre, une rampe de terrasse, la guirlande sculptée d’un fronton. C’était là que le peintre avait son atelier, dans les combles de l’ancien hôtel du Martoy, à l’angle de la rue de la Femme-sans-Tête. Le quai entrevu était aussitôt retombé aux ténèbres, et un formidable coup de tonnerre avait ébranlé le quartier endormi.

Arrivé devant sa porte, une vieille porte ronde et basse, bardée de fer, Claude, aveuglé par la pluie, tâtonna pour tirer le bouton de la sonnette ; et sa surprise fut extrême, il eut un tressaillement en rencontrant dans l’encoignure, collé contre le bois, un corps vivant. Puis, à la brusque lueur d’un second éclair, il aperçut une grande jeune fille, vêtue de noir, et déjà trempée, qui grelottait de peur. Lorsque le coup de tonnerre les eut secoués tous les deux, il s’écria :

— Ah bien ! si je m’attendais… Qui êtes-vous ? que voulez-vous ?

Il ne la voyait plus, il l’entendait seulement sangloter et bégayer :

— Oh ! monsieur, ne me faites pas du mal… C’est le cocher que j’ai pris à la gare, et qui m’a abandonnée près de cette porte, en me brutalisant… Oui, un train a déraillé, du côté de Nevers. Nous avons eu quatre heures de retard, je n’ai plus trouvé la personne qui devait m’attendre… Mon Dieu ! c’est la première fois que je viens à Paris, monsieur, je ne sais pas où je suis…

Un éclair éblouissant lui coupa la parole ; et ses yeux dilatés parcoururent avec effarement ce coin de ville inconnue, l’apparition violâtre d’une cité fantastique. La pluie avait cessé. De l’autre côté de la Seine, le quai des Ormes alignait ses petites maisons grises, bariolées en bas par les boiseries des boutiques, découpant en haut leurs toitures inégales ; tandis que l’horizon élargi s’éclairait, à gauche, jusqu’aux ardoises bleues des combles de l’Hôtel-de-Ville, à droite jusqu’à la coupole plombée de Saint-Paul. Mais ce qui la suffoquait surtout, c’était l’encaissement de la rivière, la fosse profonde où la Seine coulait à cet endroit, noirâtre, des lourdes piles du pont Marie aux arches légères du nouveau pont Louis-Philippe. D’étranges masses peuplaient l’eau, une flottille dormante de canots et d’yoles, un bateau-lavoir et une dragueuse, amarrés au quai ; puis, là-bas, contre l’autre berge, des péniches pleines de charbon, des chalands chargés de meulière, dominés par le bras gigantesque d’une grue de fonte. Tout disparut.

Emile Zola, L’Oeuvre, 1886

I) Une rencontre inattendue

A/Claude

-Il est immédiatement présenté par son prénom, « Claude ».

-De plus, c’est un personnage modeste, désigné selon un vocabulaire artistique « peintre » et « artiste ». Son atelier est situé dans les combles ce qui trahit sa condition sociale. Les lieus semblent décrépis : « vieille porte ».

-Il est mal à l’aise avec son corps  comme l’indiquent les adjectifs péjoratifs : « dégingandé, mains ballantes.

-de même son tempérament transparaît en filigrane : « colère », un être solitaire « surprise », « tressaillement »  et « méfiance » envers la fille.

-D’ailleurs, les mots de Claude trahissent sa surprise et sa méfiance face à la jeune femme, la suite de phrases interrogatives le montre : « qui êtes-vous ? Que voulez-vous ? »

B/La jeune femme (Christine)

  • La révélation de la présence de la jeune femme se fait selon une progression : « un corps vivant », « une grande jeune fille », « la jeune fille ».
  • Elle apparaît comme une créature fragile : « grelottait de peur », « sangloter », « bégayer ».
  • De plus, ses propos marquent la crainte, elle s’interrompt sans cesse : « c’est le cocher que j’ai pris à la gare, et qui m’a abandonnée près de cette porte en me brutalisant… ».Elle revêt un aspect enfantin. La jeune femme commet même une erreur de langage : « ne me faites pas du mal » qui souligne davantage encore son aspect puéril.
  • Elle semble perdue, comme une provinciale qui arriverait à la capitale : « je  n’ai plus trouvé la personne qui devait m’attendre… » là encore la phrase s’interrompt comme l’indiquent les points de suspension.

C/Une nuit d’orage

  • D’abord une atmosphère façonnée par le lieu « Hôtel de ville » et l’heure matinale « deux heures du matin ». L’auteur favorise un contexte surprenant pour une rencontre.
  • Puis se déploie une atmosphère lugubre comme l’indique le champ lexical de la nuit : « deux heures du matin », « nuit », « nocturne », « ténèbres » est répété. Zola crée une atmosphère inquiétante qui est renforcée par les conditions météorologiques.
  • Par la suite l’atmosphère est oppressante : « orage », « brûlante », « gouttes », « averse », « éclair », coup de tonnerre ». D’ailleurs le terme « éclair » est répété à plusieurs reprises. L’orage crée une sorte de tension dramatique.
  • D’ailleurs, le champ lexical de la lumière renforce l’effet de dramatisation : « vif éclair », « illumina », « réverbération », « alluma », « éclair éblouissant »

Enfin, la rencontre est relatée en point de vue omniscient ce qui permet au lecteur d’accéder à l’apparence des protagonistes ainsi qu’au ressenti des personnages.

Par exemple : « Claude n’avait plus que quelques pas à faire ».

II) Une description picturale

A/Un décor urbain

-Tout d’abord, nous observons un champ lexical de Paris dans lequel le cheminement du personnage est relaté : « Halles, Quai de grève, quai de Bourbon, île Saint-Louis ». L’auteur crée une énumération des lieux parisiens.

-Puis l’itinéraire suivi par le personnage est décrit avec précision : « rôder, flâneur » mais cette errance dans une ville qu’aime profondément Claude Lantier se transforme par le fait de la pluie. On constate alors une énumération : « il prit sa course, galopa, dégingandé, éperdu » : la course du héros est effrénée pour échapper à la pluie battante.

-Ensuite la description effectuée est précise, réaliste, elle s’attache à fournir des détails comme le montre le champ lexical de l’architecture : « vieux hôtels », « hautes fenêtres », « antiques façades », « balcon », « terrasse », fronton ».

-Enfin, la ville est décrite de manière péjorative : « grand air triste », « quartier endormi », « vieille ». Paris a un air mélancolique en cette chaude nuit orageuse de juillet.

B/Des lignes et des couleurs

-D’abord, la description des lieux est organisée comme un tableau, selon des lignes de forces :

  • D’abord on constate l’usage de lignes qui structurent le tableau, des lignes de force. Ainsi les lignes verticales forment un cadre : les gouttes de pluie « si drues », « cinglement de l’averse », « une grande jeune fille ».
  • Ensuite les lignes horizontales viennent rompre cette verticalité : « ligne droite et plate des vieux hôtels », « une rampe de terrasse », « le quai ».
  • Enfin les arrondis marquent une rupture avec la linéarité : « porte ronde » et « horloge ».
  • ensuite ce tableau prend vie grâce à une palette de couleurs. Pourtant avant la rencontre le lieu était marqué par l’obscurité et des rais de lumière. Après la rencontre, la pluie s’arrête et le tableau se dévoile sous les yeux du lecteur à travers le point de vue interne de la jeune fille : « mais ce qui la suffoquait surtout ».
  • En outre, un champ lexical de la couleur vient animer ce tableau : « bleues, grises, bariolées, violâtre, noirâtre ». Notons en outre la couleur sale du violet et du noir comme en témoigne le suffixe péjoratif : « -âtre ».
  • Les lumières mettent aussi en valeur certains aspects du paysage vu en panoramique à travers les yeux de Christine : »ses yeux dilatés parcoururent avec effarement ce coin de ville inconnu » et « l’horizon élargi ». Son regard se perd dans ce décor inconnu et nouveau.
  • On observe ainsi un registre fantastique avec un vocabulaire tel que : « apparition », « cité fantastique », « d’étranges masses ».

C/Un tableau impressionniste

  • D’abord, le regard est le sens qui permet d’effectuer toute la description.
  • Puis la description des lieux se fait selon les techniques impressionnistes, par petites touches. Le parallélisme de construction permet ainsi d’organiser les touches : « à gauche, jusqu’aux ardoises  bleues des combles de l’Hôtel de ville, à droite jusqu’à la coupole plombée de Saint-Paul ».
  • En outre l’énumération des embarcations sur la Seine permet de reproduire la technique picturale : « une flottille dormante de canots, d’yoles, un bateau-lavoir et une dragueuse amarrée au quai ».

Dès lors il semble naturel que la description prenne la forme d’un tableau car Claude est lui-même peintre.

Si tu as des questions pose-les en commentaires. N’hésite pas à noter cet article s’il t’a aidé! 

Pour aller plus loin:

Thérèse Raquin chapitre 21 (nuit de noces)

Thérèse Raquin chapitre 32 (fin)

Princesse de Clèves aveu à son mari

On voit la princesse de Clèves sur une gravure qui fait son aveu à son mari, à genoux.

Introduction: “Princesse de Clèves aveu à son mari”. D’abord, La princesse de Clèves est un roman écrit de manière anonyme par Mme de La Fayette en 1678. La romancière participe à des salons mondains tels que celui de Mme de Rambouillet où naît et se développe une esthétique précieuse. Ainsi, dans ce roman l’héroïne éponyme, mariée au prince de Clèves, découvre les feux de la passion avec le duc de Nemours qu’elle rencontre au cours d’un bal.

Continuer la lecture de « Princesse de Clèves aveu à son mari »

La princesse de Clèves portrait de Mlle de Chartres

On voit la princesse de Clèves, le portrait de Mlle de Chartres interprétée par Marina Vlady dans le film de Jean Delannoy.

La princesse de Clèves portrait de Mlle de Chartres

Donc La princesse de Clèves portrait de Mlle de Chartres. Tout d’abord, La Princesse de Clèves est un roman publié anonymement par Mme de La Fayette en 1678. En effet, elle y reprend et développe les grands thèmes esquissés en 1662 dans La Princesse de Montpensier. Ainsi, après un tableau de la cour des Valois, la romancière se livre au portrait de la jeune fille âgée de 16 ans a reçu une éducation prodiguée par sa mère, Mme de Chartres. D’ailleurs, la description de l’héroïne est sublimée.

Continuer la lecture de « La princesse de Clèves portrait de Mlle de Chartres »

CORRESPONDANCES BAUDELAIRE

Le poème symboliste “Correspondances” de Charles Baudelaire s’inscrit dans la section intitulée “Spleen et idéal” des Fleurs du mal, recueil paru en 1857. Le poète y développe la théorie du philosophe suédois Swedenborg. Selon celui-ci, le monde est un écho à la vie divine. Le monde matériel trouve un écho dans le monde immatériel. De même le monde visible trouve une résonance dans le monde invisible. Or, le poète ne retient que l’aspect esthétique de la théorie philosophique du Suédois. Cette harmonie parfaite transparaît dans la synesthésie dont Baudelaire a fait l’expérience à travers les paradis artificiels, le haschich en particulier.

On voit les correspondances entre la nature de Baudelaire, les arbres et l'homme.
Continuer la lecture de « CORRESPONDANCES BAUDELAIRE »

L’ETRANGER DE CAMUS, INCIPIT

L’Etranger de Camus, incipit (chapitre 1) .

L'etranger de Camus incipit apparaît comme l'homme qui marche de Giacometti.

L’incipit a plusieurs fonctions. D’abord, il permet d’ informer sur l’action, sur les personnages, sur le cadre spatio-temporel. De plus, il permet de lancer l’intrigue et de susciter l’envie du lecteur de découvrir la suite de l’histoire. Enfin, et c’est le cas ici, l’incipit peut favoriser une entrée in medias res c’est-à-dire qu’il nous fait immédiatement entrer dans l’action. En effet, le lecteur découvre la personnalité étrange du protagoniste, Meursault, qui vient de perdre sa mère.

Mais lors de sa publication en 1942 l’Etranger d’ Albert Camus fait entrer le lecteur dans un univers romanesque novateur.

Dès lors, nous pourrons nous demander dans quelle mesure l’incipit de l’Etranger de Camus favorise l’ entrée dans l’intériorité de Meursault mais aussi l’entrée dans une nouvelle approche narrative.

Continuer la lecture de « L’ETRANGER DE CAMUS, INCIPIT »

COMMENTAIRE DE TEXTE THEATRE

On voit une salle de theatre dont on peut faire le commentaire.

Commentaire texte theatre

Il faut d’abord connaître la méthode du commentaire pour analyser un texte. Mais pour rédiger un commentaire de texte de théâtre il faut faire face à l’évidence: le texte de théâtre n’est pas un texte de roman! Tu dois donc montrer les particularités de l’écriture d’un texte théâtral pour effectuer un bon commentaire composé.

Continuer la lecture de « COMMENTAIRE DE TEXTE THEATRE »

DOM JUAN ACTE 3 SCENE 2

Acte 3 scene 2 le pauvre demande l'aumône à Dom Juan qui refuse de la lui donner.

Dom Juan acte 3 scene 2. Le libertinage est décrit dans la scène d’exposition du Dom Juan de Molière ainsi que dans la scène 2 de l’acte 1. Mais il fait déjà preuve d’un esprit fort plus tôt dans la pièce. En effet, son attitude envers Done Elvire annonçait ce qui devient indiscutable à l’acte 3 scene 2. Dans la scène précédente, Dom Juan dialogue avec son valet Sganarelle sur le thème de la médecine et fait montre un esprit matérialiste.

Dom Juan acte 3 scene 2 est déguisé en habit de campagne et Sganarelle en médecin s’égarent dans la forêt. La rencontre avec le pauvre est l’occasion pour le héros de réitérer ses provocations face aux valeurs de la société de l’époque. Il octroie une dimension cruelle à la séduction verbale.

Continuer la lecture de « DOM JUAN ACTE 3 SCENE 2 »