L’HUMANISME

L’HUMANISME

On voit un dessin de Léonard de Vinci qui symbolise l'humanisme.

 

L’humanisme est une période de la Renaissance des arts des sciences et de la pensée (en Italie au XIVème siècle puis en France au XVIème).De grands auteurs comme Montaigne appartiennent à ce mouvement de pensée.

Qu’est-ce que l’humanisme? Quels événements historiques ont conduit à l’humanisme? Quelles idées sont portées par les artistes de l’humanisme?

  1. Evénements historiques et politiques de l’humanisme

1453: elle ferme aux Européens la route des Indes et nécessite la rechercher d’un itinéraire nouveau

 

1492 :alors qu’il est en quête des Indes, Christophe Colomb découvre les Amériques (une source de très grandes richesses pour l’Europe)

 

1494 : les Français découvrent des textes anciens dans lesquels ils apprennent un nouveau mode de vie

 

1515 : le roi François 1er est le protecteur de la culture et des savants

 

1517 : Luther, un prêtre allemand, s’insurge contre certains méfaits de l’église catholique et prêche pour la réforme. Il est répudié par Rome ce qui provoque le grand schisme entre Catholiques et Protestants.

 

1519 : les civilisations précolombiennes sont décimées par les colons ce qui permet à l’Espagne d’obtenir beaucoup d’or

 

1539 : l’édit de Villers Côterets vise à imposer la langue française face aux diverses langues régionales qui divisent le pays (et donc la population). Les actes officiels comme le registre des baptêmes sera désormais en français.

 

1541 : Calvin organise à Genève une Cité-Eglise où les protestants sont en sécurité

 

1572 : Dans la nuit du 23 au 24 août, les principaux responsables protestants, puis le peuple incontrôlable tue 3000 personnes.

 

1598 : Henri IV d’origine huguenote parvient à pacifier le pays en particulier avec la promulgation de l’Edit de Nantes (qui garantit la liberté de culte des protestants, il sera révoqué par Louis XIV dans les années 1660)

 

2 Origines de l’Humanisme et divulgation 

Tout d’abord, c’est la diffusion des idées au sein des pays d’Europe à travers les textes des écrivains dits humanistes.

 

Remarque : la langue de référence de transmission du savoir est le latin (comme aujourd’hui l’anglais)

 

A/Origines italiennes :

  • Umanista (XIIIème en Italie) = professeur de langues anciennes (connotation péjorative = « le pédant », « le grammairien »

 

(A cette époque, l’idéal est le Saint ou le Héros militaire)

→ Terreau discret pour l’éclosion de l’intérêt pour les textes anciens

]Ce retour aux sources littéraires et philosophiques engendre un changement dans la perspective que l’homme a de lui-même et du monde qui l’entoure.

 

Voir Pic de la Mirandole (philosophe et théologien italien) « on ne peut rien voir de plus admirable dans le monde que l’homme ». (1486)

 

  • Revivifie la notion d’« humanitas» : l’homme idéal est celui qui se réalise lui-même, s’accomplit intérieurement grâce à l’étude des langues anciennes.

 

CCL :  L’esprit humaniste, cantonné en Italie au XVème et qui se développe dans toute l’Europe au XVIème, est le grand introducteur de la conception moderne de l’humanité : l’homme digne de ce nom est celui qui a pour essence la culture.

 

B/La divulgation

Tout d’abord on distingue rois facteurs majeurs :

 

  • Les grandes découvertes → horizons nouveaux
-1492, Christophe Colomb découvre le Nouveau Monde.

-Les expéditions maritimes rapportent une faune et une flore inconnues, qui élargissent les inventaires des naturalistes.

 

-Les connaissances géographiques bénéficient d’une nouvelle cosmographie (1544, publication de la Cosmographiauniversalis de Sébastien Münster), qui remet en question Ptolémée et stimule l’invention d’outils plus performants. Ainsi l’Atlas deMercator (1569) change la vie des navigateurs.

  • Dans le domaine mathématique, les Italiens sont les premiers à accomplir des progrès déterminants en algèbre, hissant cette science à un niveau jamais atteint par les Grecs ou les Arabes.

 

  • Enfin, l’astronomie coperniciennerévolutionne la fin du XVIe siècle et ouvre la voie à la science moderne qui va reléguer à jamais dans leur Antiquité Aristote et Ptolémée.
  • La présence de souverains éclairés qui favorisent ce développement (François 1er, les Médicis à Florence…)

 

  • Imprimerie de Gutenberg qui permet de répandre dans toute l’Europe la traduction des textes anciens mais aussi ceux de l’Humaniste hollandais Erasme. (Eloge de la folie)

 

Conclusion : Au XVIème, l’Humanisme, qui porte les valeurs de la Renaissance, rayonne dans toute l’Europe.

Les principales figures de l’humanisme sont : Leonard de Vinci et Dürer (peinture)

Bacon et More (philosophie)

Montaigne, Rabelais et Erasme (moralistes) mais aussi des médecins, astronomes…

 

Mais des résistances persistent comme le traitement des populations amérindiennes.

 

3 Les idées chères à l’humanisme

A/L’Education (l’instruction)

  • Erasme, Rabelais ou encore Montaigne défendent l’importance de l’éducation.
  • Refus de l’éducation telle qu’elle est pratiquée au MA, du dogmatisme sclérosé des universités (comme La Sorbonne), les Humanistes revendiquent une éducation libérale caractérisée par le respect de la personnalité de l’enfant, le dosage entre l’effort intellectuel et le jeu, la pratique des auteurs anciens, le dialogue entre le maître et l’élève.

B/La religion

Les valeurs portées par la littérature ancienne redécouverte dont la liberté de l’homme par la pensée engendre des conflits avec l’Eglise attachée à la tradition. Cette liberté d’esprit des humanistes provoque des crises. Par exemple, l’imprimeur Dolet qui est brûlé comme hérétique et athée ( à Paris en 1546)

   C/La politique

  • Caractérisée par l’amour du peuple, le pacifisme, l’esprit œcuménique et la volonté d’équilibre entre les pouvoirs; la pensée humaniste influe également  sur les décisions politiques.

 

  • Se considérant comme appartenant à la “République des Lettres” qui serait sans frontière; les humanistes les plus éminents font toujours passer les intérêts moraux et permanents avant les intérêts politiques (matériels et temporels). Ce fut le sens des activités d’Erasme auprès de Charles Quint, de Budé auprès de François Ier ou de Thomas More auprès d’Henri VIII. En adressant aux quatre grands (Charles Quint, François Ier, Henri VIII et Ferdinand de Habsbourg) les “Quatre paraphrases sur l’Evangile” (en 1522-1523) afin d’empêcher une guerre européenne; Erasme fit là le geste le plus représentatif de ce que put être l’esprit humaniste sans frontière.

 

Conclusion

Finalement l’humanisme eut une grande postérité car elle imprégna l’esprit des Lumières (XVIIIème ). Au XIXème le Positivisme d’Auguste Comte prônait la religion de l’homme plutôt que celle de Dieu, mais aussi l’Existentialisme, notamment, au XXème siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.