DOM JUAN ACTE 3 SCENE 2

5 (100%) 1 vote[s]
Acte 3 scene 2 le pauvre demande l'aumône à Dom Juan qui refuse de la lui donner.

Dom Juan acte 3 scene 2. Le libertinage est décrit dans la scène d’exposition du Dom Juan de Molière ainsi que dans la scène 2 de l’acte 1. Mais il fait déjà preuve d’un esprit fort plus tôt dans la pièce. En effet, son attitude envers Done Elvire annonçait ce qui devient indiscutable à l’acte 3 scene 2. Dans la scène précédente, Dom Juan dialogue avec son valet Sganarelle sur le thème de la médecine et fait montre un esprit matérialiste.

Dom Juan acte 3 scene 2 est déguisé en habit de campagne et Sganarelle en médecin s’égarent dans la forêt. La rencontre avec le pauvre est l’occasion pour le héros de réitérer ses provocations face aux valeurs de la société de l’époque. Il octroie une dimension cruelle à la séduction verbale.

I- Dom Juan acte 3 scene 2: un sacrilège

Tout d’abord s’engage un rapport de force. Ainsi Sganarelle, qui vient de défendre la religion, défend ici son maître et se fait le témoin mais aussi le complice de ses actes. Sganarelle, quant à lui, se déplace entre les deux hommes, il est le personnage de l’entre-deux (comédie/tragédie).

A/ Confrontation de deux logiques

  • Deux logiques s’opposent : celle du chrétien et celle du libre penseur (du libertin).

En effet, l’Ermite incarne les valeurs religieuses, il a renoncé à à profiter de sa vie actuelle et anticipe un séjour heureux dans l’au-delà.

  • Les deux logiques sont incompatibles : ainsi, à propos des vêtements, les deux hommes sont opposés. (rappelons qu’au XVIIème siècle, cette question vestimentaire relève de la vanité humaine)
  • Ensuite, Dom Juan essaie de séduire le pauvre. Il s’agit alors du sens étymologique de « séduire » tirer vers soi. Dom Juan essaie donc de le ramener à ses propres valeurs.
  • Comme le montre son attitude avec Done Elvire sortie du couvent, Dom Juan s’amuse à essayer de faire changer de route ceux qui sont tournés vers la foi.
  • Dom Juan méprise le pauvre car il le tutoie tandis que le pauvre le vouvoie. On observe une inégalité sociale et une attitude supérieure de Dom Juan.

B/ La stratégie argumentative de Dom Juan acte 3 scene 2

  • Dom Juan retourne systématiquement les paroles du pauvre.
  • D’abord de façon logique, il met en avant les contradictions de sa croyance.
  • Puis de façon sarcastique, Dom Juan commence par lui reprocher de monnayer ses informations : avec le “ah ! ah !”

Enfin, il raille les prières de l’ermite et commet un sacrilège.

¤ A l’époque, il est de bon ton de donner l’aumône aux plus démunis lorsque l’on appartient à la noblesse.

¤  Or Dom Juan évoque la prière dans un but matérialiste et égoïste.

¤  Puis il feint de s’étonner de l’inefficacité de la dévotion : et déplore l’ingratitude divine.

¤ Prier pour que autres aient du bien est incompatible avec le fait que soi-même on n’ait rien. dès lors cette contradiction est relevée par l’antithèse « nécessité / être bien dans ses affaires ».

¤  « Un homme qui prie le Ciel…ne peut pas manquer » : l’ironie passe par la négation. En l’assurant de sa situation misérable, le pauvre présente à Dom Juan la conclusion qu’il attendait et l’affirmation de sa thèse. Ainsi, selon lui, Dieu récompense mal les fidèles.

En face du cynisme du libertin on observe la constance du Pauvre.


Certains moyens sont utilisés pour persuader

¤   Lexique pour attendrir, susciter compassion: « pauvre, grande nécessité, un morceau pain, Hélas! »

¤ Modalisateurs « je vous assure que, j’aime mieux » montrent discrètement le manque de conviction.

¤  Constance: le ton humble et digne. De plus, il ne répond jamais moqueries, n’agresse jamais et traite toujours Dom Juan avec respect.

Donc Dom Juan se sert du dialogue pour conduire une démonstration logique

C/  Crescendo vers le sacrilège

A quel moment passe-t-on au sacrilège ? C’est lors de la demande de blasphémer.

-Figure de la tentation satanique

  • D’abord, les formules conditionnelles : “pourvu que tu veuilles jurer, si tu

jures”.

– Puis, à travers les injonctions pressantes sont utilisées : “il faut jurer, jure donc”.

  • Ensuite, Sganarelle redouble les injonctions de son maître..

Les choix de mise en scène sont ici déterminants pour souligner la cruauté d’un tel jeu blasphématoire.

  • Finalement, le refus obstiné du pauvre triomphe.

– Dom Juan cède. Est-ce alors un échec ?

– Mais dernière la parole blasphématoire : « je te le donne pour l’amour de l’humanité » humanité qu’il va d’ailleurs s’empresser de sauver en allant au secours de Dom Carlos.

– Ainsi, Dom Juan est-il un homme mauvais (si l’on considère son attitude envers le pauvre) ou un grand seigneur (si l’on s’intéresse à son attitude envers Dom Carlos)?

C’est un personnage ambigu, ambivalent.

II- Dom Juan acte 3 scene 2: Une scène audacieuse

– Dès la deuxième représentation, Molière censura la partie du dialogue où le mendiant refuse de jurer, et la scène fut quasiment supprimée dans les mises en scène antérieures à 1819.

  • En effet, le passage a une portée polémique.
  • Le chevalier de Roquelaure serait le modèle originel de cette scène: ce célèbre libertin avait donné de l’argent à un pauvre qui blasphémait dans la rue.

A/  Les enjeux du blasphème

  • Au XVIIe, le blasphème est puni par des peines allant de l’amende à la

mise à mort ou amputation de la langue. C’est un péché.

Pourquoi le pauvre résiste-t-il ?

  • Résistance s’explique par la peur du châtiment mais aussi parce que sa foi en dieu est inébranlable.
  • Problème cependant car prie pour la prospérité et non pour la grâce des âmes charitables.
  • Valeur symbolique du louis d’or: en effet, cette scène crée un parallèle avec Judas qui avait accepté de renier le Christ contre de l’argent.

B/ La question de l’aumône

  • Question d’actualité car la Compagnie du saint sacrement multiplie à l’époque les actions en faveur des indigents.
  • Comment le pauvre est-il désigné dans la liste des personnages ?Il est désigné sous le nom de Francisque, membre de l’ordre de Saint François d’Assise, voué à la pauvreté mendiante.
  • Exaltation évangélique de la figure du pauvre, sacralisation du devoir de charité : ici tourné en dérision.

C/  L’athéisme du libertin

Quelle est la religion de Dom Juan? Il est athée.

– Met en cause l’ingratitude divine : “tu es bien mal reconnu de tes soins”.

– Suggère que toute prière est vaine car Dieu n’existe pas.

– L’expression pour l’amour de l’humanité est l’antithèse de la formule rituelle : pour l’amour de Dieu.

– Epicurien et matérialiste.

– Illustration quand court défendre Dom Carlos.

CONCLUSION

– Dom Juan va jusqu’au bout de sa logique de défi.

– Il remporte une victoire dans sa sphère idéologique mais c’est

Dom Juan a le dernier mot. Le hasard lui offre l’occasion de manifester son amour de l’humanité et sa supériorité.

– Image d’un Dom Juan théoricien qui éprouve le besoin de séduire l’autre, de la réduire.

Si tu as des questions, poste-les dans les commentaires.

Le texte est accessible depuis le site de la BNF ou depuis Wikisource.

Pour aller plus loin sur Dom Juan:

acte 1 scène 1

acte 1 scène 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.